Aujourd’hui la Catalogne, demain la France ? Ce qu’annonce le retour des mots « sédition » et « rébellion » dans le lexique européen

Article paru dans l’Autre quotidien le 14 novembre 2017

La Constitution, c’est un contrat qui fait force, et permet à peu près n’importe quoi à un pouvoir en place en besoin de réprimer l’opposition ou faire taire les voix dissidentes sous couvert (et sous prétexte) de légalité. C’est donc très constitutionnellement que les démocraties finissent par glisser dans la dictature, par le biais d’institutions aussi décisives qu’opaques que les tribunaux constitutionnels ou les cours suprêmes, et cela s’est vu en Europe à tous les pires moments de l’histoire. Nul pouvoir, fût-il le plus inique, le plus arrogant, ne s’est jamais privé du prétexte d’agir au nom de l’ordre et de la loi. Ce qui lui est d’autant moins difficile que c’est lui qui l’écrit et la fait.

Hélas, comme tous les contrats que nous signons par exemple tous les jours sur internet pour télécharger telle ou telle application, la constitution n’est pas lue, et ses articles les plus délicats, ceux auxquels on aura recours en cas de crise, sont totalement ignorés par les citoyens.

Ce qui se passe en Espagne avec la Catalogne doit nous alerter sur ce qui peut arriver partout en Europe. Et bien sûr en France. Nous avions à tort oublié les accusations de sédition et de rébellion contre l’état (ou la nation, ou l’ordre public), toujours punissables du pire, que les peuples avaient fini par prendre pour des reliques des temps passés, des souvenirs folkloriques des dictatures militaires, dont personne n’envisageait qu’ils puissent servir encore à condamner un Parlement, des élus, le président d’une région. Il faut penser désormais à tout cela. Éplucher les constitutions. Plus que jamais exiger des constituantes. Remettre à l’ordre du jour la question essentielle, déterminante, de ce qui constitue la démocratie.

https://www.youtube.com/embed/g4-jjhcLkzU?rel=0&showinfo=0″, »resolvedBy »: »manual »} » data-block-type= »32″>

Samedi 11 novembre, 750.000 catalans (chiffres de la police, le parcours était trois fois plus long que celui de la manifestation espagnoliste devant laquelle tous les média s’étaient extasiés – tous les documents sont là pour le prouver, et les images parlent d’elles-mêmes) sont descendus dans la rue pour réclamer la liberté des prisonniers politiques et le retrait des forces d’occupation, en dépit du fait qu’on les assure tous les jours que leur mobilisation est inutile, qu’ils ont d’ores et déjà et pour toujours été écrasés, que personne ne veut en Europe de leur République catalane, qu’on leur tapera dessus le temps et le nombre de fois qu’il faut pour qu’ils ravalent leur orgueil et leur rêve de liberté et acceptent d’être gouvernés par un roi dont ils n’ont rien à faire, mais n’ont pas le droit de contester sous peine d’incarcération pour sédition et rébellion (c’est l’Europe 2017 ! on dirait la Thaïlande – armée et monarchie), et d’appartenir pieds et poings liés à une Espagne dont ils contestent les valeurs et la domination sur eux depuis des siècles. Voici donc par dizaines de milliers les losers de cette affaire – au moins sont-ils beaux.

Mariano Rajoy est venu lui aussi à Barcelone, le lendemain, mais plus discrètement, dans le salon d’un grand hôtel, pour soutenir la campagne de son parti aux élections, et promettre de normaliser la Catalogne pour y ramener la démocratie. Que sont donc tous ces manifestants pour l’indépendance, non violents (à un point incroyable au vu des circonstances), en principe l’incarnation même des valeurs européennes ? Des ennemis de la démocratie ? Et que penser de la Catalogne qu’ils défendent ? Elle serait une ennemie des autres peuples ? La vérité, c’est qu’il suffirait d’une décision politique extrêmement simple pour faire place à la Catalogne dans une Union Européenne dont elle respecte depuis des décennies toutes les règles, les règlements commerciaux et principes ? A ce propos, il est singulièrement idiot et de mauvaise foi de comparer la Catalogne au Kosovo ou à la Macédoine. La seule raison de s’opposer à l’existence d’une Catalogne politique, émancipée, libre, tient à la peur panique des autorités en place, depuis les Bourses aux gouvernements, de voir les peuples exiger la parole. Elle ne nous semble pas suffisante pour intimer l’ordre aux Catalans qui réclament leur indépendance de renoncer à leurs « foutues idées » et de retourner la tête baissée aux affaires courantes. Humiliés comme jamais dans leur propre pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :