P-O/ Situation en Catalogne espagnole : la députée Laurence Gayte (LREM) prend ses distances avec son propre Gouvernement !

Communiqué de presse de Mme Laurence Gayte publié par Ouillade.eu le 23 avril (titre d’Ouillade)

Je tiens à vous informer que je suis très attentive aux évènements et à l’emprisonnement d’élus politiques en Espagne, depuis le début de la crise.
Je ne me suis pas manifestée jusqu’à aujourd’hui au niveau local car c’est à Paris, au sein de la Commission des Affaires Etrangères dont je suis membre, que mon intervention me semble la plus efficace.
Je souhaite à présent vous communiquer, dans le cadre des actions que je mène depuis plusieurs semaines à ce sujet, la question que je viens de poser officiellement et par écrit à Monsieur le Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères, M. Jean-Yves LE DRIAN :
« Mme la députée Laurence Gayte appelle l’attention de M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères au sujet des emprisonnements politiques espagnols. Sans vouloir porter un jugement sur la question de l’indépendance de la Catalogne, qui est une affaire interne à l’Espagne, cette crise a provoqué une réaction judiciaire forte de la part du gouvernement espagnol qui choque beaucoup de concitoyens et fait réagir plusieurs gouvernements européens, dont l’Allemagne, la Belgique et la Suisse. La population du département transfrontalier, les Pyrénées-Orientales, de culture catalane, est particulièrement sensible à ces événements. Elle interpelle tous les jours les élus, moi y compris. Il faut comprendre l’héritage de l’histoire récente de l’Espagne, méconnue par la majorité des Français, qui explique en partie cette situation : certains élus membres du gouvernement et agents de la communauté autonome catalane ont été arrêtés et incarcérés, parfois depuis six mois, pour avoir organisé un référendum non autorisé, sans violence et s’appuyant sur le droit à l’autodétermination des peuples à disposer d’eux-mêmes. D’autres élus ont dû fuir l’Espagne pour échapper à une arrestation imminente et des mandats d’arrêt internationaux ont été lancés contre eux. Il s’agit d’élus qui n’ont fait qu’exprimer pacifiquement et démocratiquement leurs opinions. Dans ce contexte, le silence du Gouvernement français est assourdissant. Mme la députée demande si la France, pays défenseur des droits humains et de la liberté d’expression, qui souhaite prendre le leadership d’une Europe refondée autour du respect des libertés fondamentales, ne devrait pas se proposer en médiateur, seul ou au nom de l’Union européenne, pour inciter à une reprise du dialogue entre les deux parties de l’Espagne qui s’opposent. »
J’attends fermement une réponse à cette interrogation et je ne manquerai pas de vous tenir informés des suites qui y seront apportées par le Gouvernement.

Perpignan, le 23 avril 2018 
Laurence GAYTE laurence.gayte@assemblee-nationale.fr

 

Image: Manifestation populaire à Barcelone le 15 avril 2018 – Foto: EEJ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s