Puigdemont « fusillé » !

Tout ceci doit attirer l'attention sur la part de responsabilité, dans la mauvaise situation politique actuelle de l'Espagne, que prend la gauche "de régime", celle qui soutient totalement, contre une République catalane émergente, une monarchie corrompue, démasquée de l'aura de légitimité politique que la Transition lui avait assignée en faisant oublier qu'elle est le symbole même d'une continuité de la démocratie espagnole avec la dictature.