Pourquoi soutenir la lutte pour la République catalane

La prise de position anti-indépendance unanime et très ferme de « l’institution des institutions » capitalistes néolibérales qu’est l’Union européenne (en accord avec les dirigeants de tous ses Etats) a mis en évidence l’énormité et l’absurdité des illusions – typiques de la petite-bourgeoisie – entretenues par les dirigeants indépendantistes. Mais aussi et surtout le fait qu’une République catalane n’entre nullement dans le cadre de ce que les impérialismes européens sont prêts à accepter.

La Catalogne, rempart de la démocratie contre l’extrême droite

L'Espagne présente plusieurs symptômes d’un régime antidémocratique : de multiples conflits d’intérêts au sein d’une classe politique corrompue, un des pires classements au monde quant à l’indépendance de ses tribunaux, des médias à ce point partisans qu’ils en sont risibles, un service policier entièrement contrôlé par le politique, et des gestes de répression de sa propre population.

Espagne: brûler une photo du roi relève désormais de la liberté d’expression pour la CEDH

La CEDH a en outre souligné que "la sanction pénale imposée aux requérants (constituait) une ingérence dans la liberté d'expression qui n'était ni proportionnée au but légitime poursuivi, ni nécessaire dans une société démocratique".     

Sergi López : « L’indépendance de la Catalogne est la seule façon d’obtenir une démocratie stable et mûre »

"Quand on vous parle d’indépendantisme, vous pensez à un truc élitiste, xénophobe, nationaliste, alors que nous sommes un vrai mouvement populaire républicain, qui traverse toute la société ; il ne vient pas d’en haut, la classe politique a été déplacée du devant de la scène. Nous ne sommes pas non plus guidés par des motivations économiques, comme on peut le lire ici ou là, ce n’est pas un mouvement de riches, pour ne pas payer les impôts. Pour nous, l’indépendance est la seule façon d’obtenir une démocratie stable et mûre. Et aujourd’hui, nous nous battons pour les droits que vous vous avez arrachés hier".